RAOUL COLLECTIF
RAOUL COLLECTIF
RAOUL COLLECTIF
Précédent
Suivant

« A l’annonce de l’éternité de la domination libérale sur le monde, à la fermeture définitive d’une “hypothèque révolutionnaire”, à cette fatalité désespérante selon laquelle « le monde court à sa perte », nous avons l’intarissable désir d’opposer, comme un cri surgi de l’enfance, la couleur passionnelle de la nécessité de vivre, la reconnaissance du vivant et l’expansion de ses forces. Il semblerait que tout soit passé ou dépassé, que tout ait déjà été inventé. Nous nous en réjouissons : délivrés de cette ambition d’avoir à délivrer du neuf, nous voulons affirmer que dans un monde qui se détruit, la création reste le seul moyen de ne pas se détruire avec lui. Cette énergie adolescente constitue le mouvement dans lequel notre collectif a vu le jour en février 2009, et veut se traduire dans l’inscription d’un théâtre qui met en avant les joies de la libération. »

Raoul Collectif

Biographie

Romain David, Jérôme de Falloise, David Murgia, Benoît Piret et Jean-Baptiste Szézot se sont engagés dans la voie quelque peu utopique, lente mais fertile de la création en collectif.

Après une formation à l’École Supérieure d’Acteurs du Conservatoire de Liège, ils fondent en 2009 le Raoul collectif et créent ensemble le Signal du promeneur (2012) notamment primé au Festival Impatience, puis Rumeur et petits jours (2015) présenté au Festival d’Avignon. Ces spectacles, tous deux salués par la critique, ont rencontré un large public.

Ils ont élaboré ensemble une méthode de travail qui prend en charge toutes les dimensions de la création (écriture, jeu, mise en scène, musique, scénographie) en n’excluant pas le recours à d’autres forces ponctuelles ou à des collaborations continues avec d’autres artistes, parmi lesquelles Yaël Steinmann et Natacha Belova.

De cette dynamique – sorte de laboratoire pratique de démocratie -, de la friction de leurs cinq tempéraments se dégage une énergie particulière, perceptible sur le plateau, une alternance de force chorale et d’éruptions des singularités, une tension réjouissante, tant dans le propos que dans la forme, entre rigueur et chaos, gravité et fantaisie.

spectacles

Le signal du promeneur

Rumeur et petits jours

Une cérémonie